Il y a quelques semaines de cela, mon cousin me téléphone :

– Alors, il parait que tu es journaliste ?

– Non, pas que je sache… Je suis rédactrice web.


Il n’en faut pas plus à mon cerveau pour analyser la situation :

Annonce officielle, quelques jours auparavant, dans ma famille du lancement

de mon nouveau métier « rédactrice web ».

Métier de l’écriture dans la mémoire collective : écrivain, journalisme.


– Hum… Mais en quoi ça consiste exactement, tu fais des sites internet ?

– Allez le cousin, je vais t’expliquer !

Rédactrice web, ma première mission ? Expliquer mon métier 1

Mon métier consiste à éviter de participer à la pollution numérique !


Ouch, ce n’est ni vendeur, ni flatteur de décrire le web ainsi… Attendez un peu, avant de me battre, je vais m’expliquer !

 

Parfois, c’est ainsi que je peux le ressentir.

Vous mentiriez si vous aussi, vous n’avez pas le sentiment de temps à autre, de passer d’un site à un autre, d’écarquiller les yeux en regardant l’heure et d’éprouver l’amertume d’avoir perdu votre temps. Si 5 minutes après avoir tout coupé, vous êtes incapable de faire un résumé de toutes les merveilleuses choses que vous venez de découvrir gratuitement, vous vous êtes nourris du « vide ».

La vérité, c’est qu’aujourd’hui tout un chacun peut devenir « rédacteur ou rédactrice web… »

Il est devenu très simple de disposer d’un site sur le web, c’est pratiquement à la portée de tous. Nous sommes dans une société où tout le monde a un avis à donner, une émotion à sortir, des bons ou mauvais plans à partager… Bref, il ne sert à rien de développer plus en avant, vous l’avez compris,  tout le monde a quelque chose à dire et veut le faire savoir.

Au milieu de cette cohue générale, les petites et grandes entreprises souhaitent également se faire entendre de leur public sur le web (je ne parle même pas des entrepreneurs solo !).

Internet est le « média » où il faut être « placé », voire « positionné ». 

Aujourd’hui, le web me donne le sentiment de vomir des contenus à n’en plus finir et beaucoup sont de piètres qualités.

 

Mais qu’est-ce que la qualité ? Est-ce aussi subjectif que la beauté ? Ce qui est de qualité pour vous, l’est-il pour moi ?

Un article de qualité pour faire simple, c’est :

 

Un texte bien écrit et structuré :

  • Sur la forme : on corrige les fautes, on fait de jolies phrases, avec un vocabulaire adapté à ses prospects et clients. C’est aussi un article structuré avec la valorisation des mots-clés pour nos amis les moteurs de recherche.
  • Sur le fond : un article qui apporte de la valeur ajoutée, où le lecteur dispose d’une information qui va le faire réfléchir, le faire passer à l’action, ou bien lui apporter de nouvelles connaissances.

Un article authentique et unique :

  • Authentique, à savoir un texte personnalisé, avec une réflexion, un travail en amont pour attiser la curiosité, stimuler le lecteur et lui donner envie d’aller plus loin.
  • Unique : il est tout à fait possible de s’inspirer de ce qui existe. Ce qui ne signifie pas d’aller plagier le concurrent. L’inspiration pour écrire des textes se trouve partout, dans votre quotidien, les échanges avec vos clients ou votre entourage, un livre, un reportage, un film, une publicité, des publications sur les réseaux…

Quel est l’objectif des blogueurs, des entreprises, de ceux qui écrivent des articles sur le web ?

En un mot « convertir ».

Convertir son lecteur en client, le fidéliser,  l’engager par le partage,  parce que même s’il n’est pas acheteur, l’internaute a le pouvoir de communiquer gratuitement sur un produit, un service, une marque. Il donne de la visibilité, il est une voix supplémentaire pour crédibiliser, donner une existence virtuelle à une entreprise. Il permet la viralité d’une information. Parce que si vos visiteurs doutent de ce que vous proposez, ils feront cependant confiance à leur meilleur ami qui met 5 étoiles sur un produit, en expliquant que le service est au top !

Mais convertir ne se fait pas en claquant des doigts ou à la demande, avec des « partagez mon article, ma page » ou encore avec des boutons « commander » sous la photo d’un produit sans descriptif.

La confiance se travaille, elle se gagne sur le long terme avec des preuves sociales, des témoignages, des informations pertinentes, la démonstration d’une expertise et depuis quelque temps une volonté marquée qu’une entreprise doit avoir une éthique, être authentique, et porter haut et fort des valeurs morales.

C’est là que j’entre en jeu.

Mon métier est de valoriser les produits et services d’une entreprise, mais aussi ses valeurs, son histoire.

Les faire profiter de cette facilité que j’ai d’écrire, de relier les mots, d’en jouer et adorer faire cela pour les laisser, eux, se concentrer sur leur cœur de métier.

Mon travail est de faire en sorte que celui qui lit ce que j’écris reçoive efficacement l’unique message que je veux lui faire passer, que ce message matche parfaitement avec l’objectif initial de l’entreprise.

 

Passer par une rédactrice web est une action stratégique.

 

Comme demandé à une gérante il y a peu :

– Pourquoi avez-vous publié cet article de blog ?

– Pour donner une information à mes lecteurs.

– OK, mais quel est l’objectif derrière ces deux heures passées à écrire cet article, qui donne la même information que les résultats des deux premières pages Google ?

– C’est pour que les personnes partagent et être visible. Et puis j’ai lu que c’est bon pour le positionnement de mon site internet.

–   Qui sont ces personnes que vous voulez toucher ? Pour quelles raisons avez-vous décidé de parler de ce sujet en particulier ? Qu’est-ce-qui vous a profondément motivé à écrire cet article ? Qu’attendez-vous de votre lecteur lorsqu’il a terminé sa lecture ?

 


  • Rédiger du contenu demande du temps, une connaissance même basique du SEO (référencement naturel), mais aussi une réflexion sur votre cible et sur l’objectif d’un article.
  • Le temps que vous passez à écrire un article est le temps que vous ne passez pas sur votre cœur de métier.
  • Vous pouvez apprendre les techniques de base pour faire des contenus plus qualifiés ou vous dire que finalement passer par un professionnel de la rédaction web est un investissement sur le long terme.

Mon cher cousin,

j’écris des textes de sites, blogs, newsletters et ebooks pour le professionnel qui n’a pas le temps de le faire ou qui ne sait pas le faire.

J’écris pour celui qui a compris : 

  • que son site internet est l’intermédiaire incontournable entre l’entreprise et son public,
  • qu’il ne peut pas espérer se faire entendre s’il ne communique pas ou attend patiemment que les prospects viennent à lui ou les clients restent fidèles.

Je l’accompagne pour gagner en visibilité et lui permettre de positionner son site de manière pertinente sur les mots-clés liés à son activité. Ainsi, in fine, il gagnera en trafic qualifié, c’est-à-dire des internautes engagés.

Et si tu es plus visuel, alors voici une illustration de ce qu’est mon travail en tant que rédactrice web :

rédaction web iceberg

Leave a Reply